Seshat : George Boole

George Boole (Royaume-Uni)

Lincoln, 2 novembre 1815 - Ballintemple, 8 décembre 1864

Biographie

Georges Boole est un logicien, mathématicien et philosophe britannique.
Issu d'une famille pauvre, George Boole n'a pas les moyens financiers d'aller à l'université. Ses capacités intellectuelles sont cependant remarquables ; seul (ou presque), il a appris le latin, l'allemand, le français et l'italien. Obligé de travailler pour soutenir sa famille, il devient enseignant à 16 ans. Quatre ans plus tard, il fonde et dirige sa propre école. C'est à ce moment que le jeune autodidacte se plonge dans l'étude des mathématiques auxquelles son père l'avait initié dès l'enfance. Bénéficiant des moyens de l'Institut de mécanique de sa ville, il se confronte aux œuvres d'Isaac Newton, Pierre-Simon Laplace et Joseph-Louis Lagrange. Mais très vite, il commence ses propres recherches. En 1839, il publie ainsi sa première étude dans le Cambridge Mathematical Journal. Cette publication et l'appui qu'il obtient du cercle des algébristes de Cambridge lui permettent de s'imposer petit à petit comme une personnalité importante du monde des mathématiques. En 1844, après la publication d'un mémoire d'analyse dans les Philosophical Transactions, la Royal Society lui décerne une médaille.
George Boole meurt d'une pneumonie le 8 décembre 1864. Il avait pris froid après s'être rendu au Collège. Croyant au principe d'analogie, Mary l'avait alité et aspergé d'eau pour le guérir.
Ils ont eu cinq filles :
  • Mary, qui épousa le mathématicien Charles Howard Hinton
  • Margaret, mère du mathématicien Geoffrey Ingram Taylor
  • Alicia, mathématicienne qui collabora avec H.S.M. Coxeter
  • Lucy (1862–1904), première femme professeur de chimie au Royal Free Hospital de Londres.
  • Ethel Lilian, qui se mariera avec Wilfrid M. Voynich en 1893.


Biographie dans MacTutor : http://www-gap.dcs.st-and.ac.uk/~history/Biographies/Boole.html (consulter la traduction automatique)


Travaux en mathématiques

Il est le créateur de la logique classique, fondée sur une structure algébrique définissant une sémantique, et que l'on appelle algèbre de Boole en son honneur.
Il a aussi travaillé dans d'autres domaines mathématiques, des équations différentielles aux probabilités en passant par l'analyse. Autodidacte, il publia ses premiers travaux d'algèbre tout en exerçant son métier d'instituteur et de directeur d'école dans la région de Lincoln. Ses travaux lui valurent en 1844 la Royal Medal de la Royal Society
En 1847 sort Mathematical Analysis of Logic, puis An Investigation Into the Laws of Thought, on Which are Founded the Mathematical Theories of Logic and Probabilities en 1854. Boole y développe une nouvelle forme de logique, à la fois symbolique et mathématique. Le but : traduire des idées et des concepts en équations, leur appliquer certaines lois et retraduire le résultat en termes logiques. Pour cela, il crée une algèbre binaire n'acceptant que deux valeurs numériques : 0 et 1. Cette algèbre est définie par la donnée d'un ensemble E (non vide) muni de deux lois de composition interne (le ET et le OU) satisfaisant à certain nombre de propriétés (commutativité, distributivité...). Les travaux de Boole, s'ils sont théoriques, n'en trouveront pas moins des applications primordiales dans des domaines aussi divers que les systèmes informatiques, la théorie des probabilités, les circuits électriques et téléphoniques, etc. grâce à des scientifiques comme Peirce, Frege, Bertrand Russell, Alan Turing et Claude Shannon.
En 1849, George Boole se voit proposer une chaire de professeur des mathématiques au Queen's College de Cork, en Irlande. Et en 1857, il est nommé membre de la Royal Society. Il s'intéresse ensuite aux équations différentielles à travers deux traités qui auront une influence certaine : Treatise on Differential Equations (1859) et Treatise on the Calculus of Finite Differences (1860).


Lieu de naissance

Nom à l'époque : Lincoln

Pays à l'époque : Angleterre



Nom actuel : Lincoln

Pays actuel : Angleterre

Agrandir le plan


Mathématiciens contemporains de George Boole

Situer George Boole dans la chronologie des mathématiciens

John Couch Adams (1819 - 1892)
Georg Biddell Airy (1801 - 1892)
Jacob Amsler (1823 - 1912)
Siegfried Heinrich Aronhold (1819 - 1884)
Charles Babbage (1791 - 1871)
Johann Jakob Balmer (1825 - 1898)
Giusto Bellavitis (1803 - 1880)
Eugenio Beltrami (1835 - 1900)
Joseph Louis François Bertrand (1822 - 1900)
Friedrich Wilhelm Bessel (1784 - 1846)
Irénée-Jules Bienaymé (1796 - 1878)
Jacques Philippe Marie Binet (1786 - 1856)
Farkas Wolfgang Bolyai (1775 - 1856)
János Bolyai (1802 - 1860)
Bernhard Placidus Johann Nepomuk Bolzano (1781 - 1848)
Francesco Brioschi (1824 - 1897)
Viktor Yakovlevich Bunyakovsky (1804 - 1889)
Eugène Charles Catalan (1814 - 1894)
Augustin Louis Cauchy (1789 - 1857)
Arthur Cayley (1821 - 1895)
Michel Chasles (1793 - 1880)
Elwin Bruno Christoffel (1829 - 1900)
Antoine Augustin Cournot (1801 - 1877)
Antonio Luigi Gaudenzio Giuseppe Cremona (1830 - 1903)
Richard Phillips Dandelin (1794 - 1847)
Augustus de Morgan (1806 - 1871)
Gaspard Clair François Marie Riche de Prony (1755 - 1839)
Julius Wilhelm Richard Dedekind (1831 - 1916)
Johann Peter Gustav Lejeune Dirichlet (1805 - 1859)
Charles Lutwidge Dodgson (1832 - 1898)
Jean-Marie Constant Duhamel (1797 - 1872)
José Echegaray y Eizaguirre (1832 - 1916)
Ferdinand Gotthold Max Eisenstein (1823 - 1852)
Francis Galton (1822 - 1911)
Johann Carl Friedrich Gauss (1777 - 1855)
Josiah Willard Gibbs (1839 - 1903)
Paul Albert Gordan (1837 - 1912)
Hermann Günter Grassmann (1809 - 1877)
William Rowan Hamilton (1805 - 1865)
Hermann Hankel (1839 - 1873)
Charles Hermite (1822 - 1901)
Caroline Lucretia Herschel (1750 - 1848)
William Hopkins (1793 - 1866)
Carl Gustav Jacob Jacobi (1804 - 1851)
Marie Ennemond Camille Jordan (1838 - 1922)
Augusta Ada King (1815 - 1852)
Leopold Kronecker (1823 - 1891)
Ernst Eduard Kummer (1810 - 1893)
Sylvestre-François Lacroix (1765 - 1843)
Edmond Nicolas Laguerre (1834 - 1886)
Gabriel Lamé (1795 - 1870)
Pierre Alphonse Laurent (1813 - 1854)
Urbain Jean Joseph Le Verrier (1811 - 1877)
Marius Sophus Lie (1842 - 1899)
Joseph Liouville (1809 - 1882)
Rudolf Otto Sigismund Lipschitz (1832 - 1903)
Jules Antoine Lissajous (1822 - 1880)
Johann Benedict Listing (1808 - 1882)
Nicolaï Ivanovitch Lobatchevsky (1792 - 1856)
Samuel Loyd (1841 - 1911)
François Edouard Anatole Lucas (1842 - 1891)
Luigi Federico Menabrea (1809 - 1896)
August Ferdinand Möbius (1790 - 1868)
Simon Newcomb (1835 - 1909)
Florence Nightingale (1820 - 1910)
Mikhail Vasilevich Ostrogradsky (1801 - 1862)
Marc-Antoine Parseval des Chênes (1755 - 1836)
Giovanni Antonio Amedeo Plana (1781 - 1864)
Joseph Antoine Ferdinand Plateau (1801 - 1883)
Louis Poinsot (1777 - 1859)
Siméon Denis Poisson (1781 - 1840)
Jean-Victor Poncelet (1788 - 1867)
Lambert Adolphe Jacques Quételet (1796 - 1874)
Georg Friedrich Bernhard Riemann (1826 - 1866)
George Salmon (1819 - 1904)
Ludwig Schläfli (1814 - 1895)
Hermann Amandus Schwarz (1843 - 1921)
Mary Somerville (1780 - 1872)
Jakob Steiner (1796 - 1863)
Georges Gabriel Stokes (1819 - 1903)
Jacques Charles François Sturm (1803 - 1855)
Peter Ludwig Mejdell Sylow (1832 - 1918)
James Joseph Sylvester (1814 - 1897)
Peter Guthrie Tait (1831 - 1901)
Pafnouti Lvovitch Tchebychev (1821 - 1894)
Mikhail Egorovich Vashchenko-Zakharchenko (1825 - 1912)
Heinrich Martin Weber (1842 - 1913)
Karl Theodor Wilhelm Weierstrass (1815 - 1897)
Josef Hoëné Wronski (1778 - 1853)